Archives de Catégorie: Qualité de vie

INAUGURATION Collège Albert CAMUS: le 27 Novembre 2014

Plusieurs centaines de parents, élèves et élus ont assisté à l’inauguration du collège Albert  Camus.  A noter la présence en nombre du Conseil Municipal des Jeunes de Bois-Colombes

Collège Albert Camus : inauguration

Patrick Devedjian, Député et Président du Conseil général des Hauts-de-Seine, et Christiane Barody-Weiss, Vice-président du Conseil général des Hauts-de-Seine chargé des affaires scolaires, des constructions scolaires et de l’enseignement secondaire et Maire de Marnes-la-Coquette, ont inauguré le Collège Albert-Camus, en présence de Yves Révillon, Vice-président du Conseil Général des Hauts-de-Seine et Maire de Bois-Colombes, Jacques Kosowki Député et maire de Courbevoie et Philippe Wuillamier, Directeur académique des services de l’Education nationale des Hauts-de-Seine.

Consulter la video de l’inauguration  en cliquant  ici

Quelques Chiffres : 4 450 m² ont été rénovés et 3 047 m² ont été construits. D’une superficie totale de 7 497 m², 600 élèves peuvent être accueillis. Les travaux ont débuté en juillet 2012. Ce nouveau collège a ouvert ses portes aux élèves en septembre 2014. Le Conseil général a investi 28 M€ TTC

Publicités

Une nouvelle passerelle piétonne à Bois-Colombes

Resserrer les liens entre les quartiers

La passerelle piétonne, nouvellement installée ce dimanche 21 avril au-dessus des voies SNCF, permet désormais de relier plus directement la rue Paul-Déroulède (au niveau de la Mairie et du Centre Charlemagne) à la rue du Révérend-Père-Corentin-Cloarec (à hauteur du périmètre sportif Jean-Jaurès). Ce projet était très attendu par les habitants, soucieux de disposer d’un parcours rapide et agréable entre le centre-ville et le quartier sud.

La structure, accessible aux vélos et aux piétons et adaptée aux personnes à mobilité réduite, facilitera considérablement les déplacements des bois-colombiens et est appelée à devenir un lieu de passage privilégié dans la ville.

carte

Une véritable prouesse technique

Réalisée pour la Ville par les ateliers Gagne Constructions métalliques et ingénieurs, une des principales entreprises de charpenterie métallique en France, la nouvelle structure est une œuvre originale principalement composée d’acier et dont les parois seront illuminées la nuit.

Acheminer cette structure de 25 tonnes, mesurant 24,5 mètres de long pour 4 mètres de large depuis la Haute-Loire jusqu’à Bois-Colombes représentait un sérieux challenge. C’est pourtant bien en un seul tenant que la passerelle est arrivée en ville le 19 avril au soir, livrée par camion grâce à un convoi exceptionnel de 35 mètres de long.

camion

Une arrivée en Ville très remarquée, tout comme la pose de la passerelle, qui a débuté le dimanche 21 avril à 1h du matin, et qui a attiré de nombreux habitants. Rappelons que la date d’installation de la structure avait été planifiée il y a deux ans déjà puisque son ancrage au-dessus des voies ferrées nécessitait l’arrêt total des trains.

posenuit

Une ouverture au public prévue fin août

Jusqu’à la fin de l’été, la mise sur appuis définitifs et les opérations de vérification et de sécurisation se poursuivront. La ville procédera également à l’aménagement des abords en réalisant notamment des plantations pour obtenir une végétation grimpante au niveau de la pergola menant à la passerelle.

Une inauguration aura lieu à la mi-septembre.

miseenservice

Bois-Colombes Ensemble soutient la dynamique municipale

Bois-Colombes Ensemble a édité en janvier dernier une brochure rappelant « 100 raisons d’aimer » notre Ville. La Municipalité travaille depuis plusieurs années pour faire fructifier l’héritage et le patrimoine de Bois-Colombes, pour accompagner la dynamique économique de la Ville, pour favoriser un cadre de vie accueillant et culturellement riche pour les Bois-Colombiens de longue date comme pour les arrivants.  

Si vous n’avez pas reçu cette brochure et si vous désirez la recevoir, contactez-nous ! 

Lire la suite

Encourager la Population à s’initier aux gestes qui sauvent doit être un objectif prioritaire

Près de 20 000 personnes meurent chaque année, en France, d’accidents dans un environnement familier (à la maison, sur les routes, au travail,…). C’est pendant le temps que mettent les secours pour arriver que peut s’aggraver l’état de la victime, et c’est durant ce laps de temps qu’il faut agir !

Bois-Colombes a reçu sa 3ème Fleur

A l’occasion du Salon de la Nouvelle Ville, au parc floral de Vincennes, Bois-Colombes s’est vu remettre sa 3ème Fleur le 5 avril dernier, au titre de l’année 2010.

Cette belle récompense remise par la région Ile-de-France, est le fruit du travail de toute une équipe qui œuvre à longueur d’année à rendre notre cadre de vie toujours plus beau.

C’est en 2003 que Bois-Colombes a reçu sa toute première récompense départementale : le 1er Cèdre. Puis d’année en année, le 2ème puis le 3èmecèdre sont venus couronner nos efforts. Au niveau régional, cette 3ème fleur rejoint les deux premières qui nous ont été décernées progressivement depuis plusieurs années.

Un beau fleurissement de l’ensemble de la ville n’est pas le seul critère de décision du jury du concours. De nombreux critères environnementaux sont également pris en compte : la diversité des essences d’arbres et de plantes et leur association, l’utilisation limitée de produits de traitement, les économies d’eau d’arrosage, l’utilisation de plantes vivaces et de graminées à la durée de vie longue et à faible consommation d’eau.

Ainsi par exemple, la visite du parc des Bruyères a favorablement impressionné le jury car les eaux de pluie des terrasses sont récupérées, ce qui permet l’arrosage automatique du parc.

La collecte des déchets verts dans le cadre du tri sélectif des déchets a également été appréciée.

La gestion de la voirie rentre également en ligne de compte : état du mobilier urbain, maîtrise de l’affichage des publicités, propreté… Pour ce dernier point, notons qu’il est de la responsabilité de chaque Bois-Colombien de veiller, par ses comportements individuels, à garder nos rues propres.

Nous tous, habitants de Bois-Colombes, pouvons être fiers de cette reconnaissance.

Le prochain défi à relever est national, puis que nous espérons obtenir la 4ème fleur à l’horizon 2013. Seul un petit nombre de villes seront distinguées au niveau national pour un grand nombre de prétendantes, le défi est donc de taille.

Anne-Christine JAUFFRET

Petite enfance : ce que fait aujourd’hui la ville

Accueillir un enfant, quand on est jeune parent, c’est un immense bonheur. Mais quand les deux parents travaillent (83,7%  des femmes entre 25 et 49 ans en France sont professionnellement actives selon l’INSEE), cela pose aussi des contraintes, comme celles de pouvoir confier son enfant à quelqu’un de confiance, à des horaires qui vous conviennent, dans un lieu accessible en termes de transport, le tout à un tarif raisonnable.

Si entre 1999 et 2007 la part des 30-44 est restée stable à Bois-Colombes, celle des moins de 30 ans a légèrement augmenté et, surtout, la proportion des 0-14 ans a augmenté d’un à deux points. Notre ville a donc une population dynamique de plan démographique, puisqu’elle augmente de presque 2% par an en moyenne, et qui rajeunit globalement.

Depuis l’an passé, la municipalisation des crèches a été opérée en accord avec le Conseil Général, et a été l’occasion d’une profonde modernisation des bâtiments. Nous avons porté la capacité d’accueil total des trois crèches municipales à 360 places, auxquelles il faut ajouter celles des deux crèches associatives Associations : L’Atelier du Poisson Rouge (accueil occasionnel surtout), la Gaminerie.

La crèche n’est pas la réponse unique, mais nous la considérons comme un service essentiel à la population. Elle a l’avantage de réunir une équipe de professionnels expérimentés, souvent d’âges et d’expériences variées, ce qui apporte autant de regards différents. Un suivi médical et psychologique y est assuré, elle est un lieu de première socialisation des enfants, avec offre importante de jeux et d’activités. Le personnel comprend des puéricultrices, infirmières, éducateurs de jeunes enfants, d’auxiliaires et d’agents de puériculture, avec bien souvent la présence d’un psychologue. Enfin, l’alimentation des tout-petits fait l’objet d’un suivi particulier.

Ce niveau d’encadrement, le coût des bâtiments et les règles strictes en matière de sécurité représentent des coûts importants. Toutefois nous avons souhaité, dans le cadre de la nouvelle politique budgétaire des services municipaux, garder des tarifs supportables pour les budgets des ménages. Le barème est fixé en fonction du quotient familial. La gestion des demandes est centralisée Malheureusement, et malgré la croissance continue de nos capacités d’accueil, il est impossible d’y accueillir chaque enfant. Mais cette admission se fait selon des critères fixés de manière démocratique et transparente en Conseil municipal.

La ville apporte également son soutien aux deux autres modes de garde que sont les assistants maternels et la garde à domicile, qui apportent les avantages d’un suivi plus personnalisé des enfants, et des horaires flexibles. Ils constituent une excellente solution, adoptée par nombre de parents. Le service de la petite enfance attribue les agréments, afin que vous puissez confier vos enfants à des professionnels responsables et qualifiés, et fait le lien entre les professionnels et les familles en constituant la liste du réseau. Ces actions s’articulent avec la politique sociale du Conseil Général des Hauts de Seine, qui attribue notamment des allocations pour la garde à domicile. Vous pouvez consulter le guide « l’accueil de votre enfant chez un assistant maternel », édité par le Conseil Général.

Enfin l’action pour la Petite enfance de la municipalité se complète de celle mise en œuvre par le Centre de Protection Maternelle et Infantile, qui assure un suivi médical et psychologique pour les enfants de moins de 6 ans et leurs parents.

« La qualité du service au public, ce doit être la priorité du service public ! »

Edito du Journal de Bois-Colombes, février 2010

3 questions au maire

Lors de votre présentation des vœux au personnel municipal, vous avez beaucoup insisté sur la qualité du service public. Pourquoi est-ce important ?

Contrairement à ce que l’on peut penser, la qualité n’est pas l’apanage du secteur privé. Le secteur public et notamment les collectivités locales sont bien souvent en avance sur les entreprises dans ce domaine. Tout simplement parce que rendre un service de qualité, qui devance les attentes de la population et qui répond à ses besoins, c’est au cœur de notre mission d’intérêt général.

A Bois-Colombes, nos contraintes budgétaires ne nous permettent actuellement pas d’augmenter le nombre de services rendus. En revanche, nous pouvons et nous devons faire en sorte de maintenir et de renforcer autant que possible la qualité de notre action au service des Bois-Colombiens. Les agents municipaux font un travail formidable mais il est toujours possible de s’améliorer.

Concrètement, comment définir la qualité du service public ?

La qualité du service public englobe de nombreuses exigences. Les plus évidentes concernent l’accueil : il s’agit de l’amabilité, de l’écoute, du sourire, de la précision des informations délivrées… Dans ce domaine, nous allons d’ailleurs travailler en 2010 à la création d’un guichet unique en mairie qui facilitera considérablement les démarches des habitants.

Mais la qualité exige aussi de la disponibilité, une capacité à traiter des demandes imprévues, à gérer un surcroît de travail passager… A ce sujet, je tiens à souligner le dévouement de nombreux personnels au cours des dernières semaines. Entre la mise en place du centre de vaccination contre la grippe A, la gestion des intempéries ou encore les animations du Téléthon à Bois-Colombes, nous avons pu compter sur une forte mobilisation.

La qualité concerne-t-elle essentiellement les personnels d’accueil ?

Il est évident que nous sensibilisons tout particulièrement les agents qui travaillent au sein des services à la population. Mais notre exigence de qualité s’étend à l’ensemble des personnels, qu’il s’agisse des services techniques ou administratifs.

C’est en améliorant le travail de chacun dans son domaine que nous améliorons la qualité générale du service rendu à la population. C’est d’ailleurs dans cette perspective que nous évaluons nos agents chaque année et au sein de chaque service sur la base de critères de qualité.